MTC et COVID-19

 La World Federation of Acupuncture-Moxibustion Societies (WFAS) émet des recommandations en ce qui concerne la prise en charge des patients atteints par le COVID-19.
Il va de soi que les exigences d’isolement et de désinfection émises par les sociétés médicales doivent être scrupuleusement respectées. (https://www.fmh.ch/files/pdf23/plan-de-protection.pdf)
Ces protocoles peuvent cependant s’avérer tout à fait pertinents si réalisés à domicile par les patients malades (acupressure, Moxibustion, Qi Gong) ou lors de la phase de réhabilitation au cabinet médical.

Ces recommandations sont accessibles ci-dessous
1. The new guidance coronavirus pneumonia acupuncture intervention (Second Edition)  PDF
2. Guidelines on Acupuncture and Moxibustion Intervention for COVID-19 (second edition) PDF
3. Recommandations sur l’utilisation de l’acupuncture et de la moxibustion dans le traitement du COVID-19 (translated by the Academy of temporal acupuncture translated by ARIATAS)  PDF
4. Pautas sobre el uso de acupuntura y moxibustión para tratar el COVID-19 (translated by the Academy of temporal acupuncture translated by ARIATAS) PDF
5. The novel coronavirus pneumonia treatment program piloted the seventh edition of the Program of TCM Diagnosis and Treatment (Jian Wei of Chinese medicine treatment program committee part Protocol for COVID-19, from Beijing University of Chinese Medicine translation chapter of TCM, translated by Beijing University of Chinese Medicine)  PDF

L’AGMAR reçoit le Dr Verdoux /annulé

Comme chaque année, nous avons le plaisir d’organiser deux séminaires au printemps. Cette année, nous avons la chance  de recevoir le Dr Verdoux le samedi 07 mars à Lausanne, entre 9h et 17h.

Il nous parlera des richesses et subtilités de la sémiologie de la langue en MTC. Voici un petit résumé écrit par le Dr Verdoux à propos de cette journée de formation continue:

L’examen de la langue est une étape fondamentale du diagnostic en MTC, cet examen est très accessible au praticien occidental dont le canal visuel est bien développé et qui dispose d’outils techniques permettant l’analyse fine, la reproductibilité, la comparaison et l’archivage.

Je proposerai une méthodologie photographique pour ceux intéressés par les prises de vue.

Nous verrons ensemble, après le rappel de la sémiologie de base, les subtilités et les pièges qui la caractérisent.

Des exemples cliniques avec photos tirés de 40 ans de pratique viendront illustrer le propos.

Suivant les désirs de l’auditoire des exercices pourront mettre en pratique la photographie et le diagnostic.

Le programme détaillé :

Testing facultatif individuel de départ (sur QCM)

Généralités sur la sémiologie et la langue

rappel de la glossologie de base

Etude détaillée des fissures et des points rouges

Etude détaillée de la topographie des enduits

Méthodologie photographique

Exercices pratiques

Testing facultatif individuel final et correction

Inscriptions ouvertes jusqu’au 26 février:

Bulletin inscript. sém. Dr Verdoux 2020

 

 

                  


Cercles de qualités à Genève

 

Les cercles de qualités ont repris à Genève

 

Depuis cet automne, les CQ ont repris à Genève. Le 9 octobre, le Dr Petitpierre nous a présenté l’étude qu’il effectue conjointement avec les HUG sur épigénétique, burn out et acupuncture. Toute personne intéressée par cette étude peut s’adresser directement au Dr Petitpierre. Le 13 novembre, après une discussion sur des cas cliniques, c’est le Dr Lanier qui nous a parlé de l’utilité de l’acupuncture pour aider à la récupération neurologique après un AVC. Il nous a également présenté une revue d’articles de recherche montrant que certains points agissent sur la neurotrophicité, promeuvent la neurogenèse, diminuent l’apoptose des cellules du territoire ischémié et améliorent la mémoire et la force musculaire tout en diminuant la spasticité. Les points les plus souvent usités sont décrits. Liens pour les articles discutés:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4299539/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5713240/

Les CQ sont ouverts à tous les membres de l’Agmar, ils ont lieu à Carouge, environ un mercredi par mois, le calendrier des prochaines dates est visible sur l’onglet “séminaires-congrès” du site.


Les médecins acupuncteurs français se mobilisent

Après les attaques d’un collectif de médecins français ayant publié un article dans Le Figaro contre les acupuncteur, ceux-ci se mobilisent et mettent à disposition leur base de données scientifique pour que les médecins puissent se documenter par eux-mêmes.

S’il y a bien une discipline médicale dite complémentaire qui se défend bien au niveau des preuves, c’est bien l’acupuncture !

Voici la lettre du GERA ainsi que les liens qui donnent accès à leur base de données.

… Sur la méthodologie et les problématiques de mise en place du répertoire
voir l’article ci-joint. Sont actuellement répertoriées 1.174 revues
systématiques portant sur près de 250 pathologies. Ont été également
incluses les recommandations de bonne pratique nationales et
internationales abordant la question de l’acupuncture. Les données sont
actualisées en continu : chacun peut avoir en direct l’état de l’évaluation
dans chaque pathologie. Pour un rapide, et uniquement exploratoire point de
vue sur les indications voir :

http://www.wiki-mtc.org/doku.php?id=acupuncture:evaluation:rapports d
experts et conferences institutionnelles
<http://www.wiki-mtc.org/doku.php?id=acupuncture:evaluation:rapports%20d%20e
xperts%20et%20conferences%20institutionnelles

Dans toutes les conférences institutionnelles, l’acupuncture présente des
indications à haut niveau de preuve, justifiant sa présence dans les
systèmes de santé.

Pour chaque pathologie, les données relatives à l’acupuncture sont à
confronter avec celles des autres thérapeutiques disponibles et
particulièrement des thérapeutiques non médicamenteuses. Dans une
pathologie donnée, même si l’acupuncture a un niveau de preuve paraissant
peu élevé, la plupart du temps le niveau des thérapeutiques recommandées
n’est pas supérieur. Dans le répertoire figurent pour certaines disciplines
les données relatives aux traitements de référence à des fins de
comparaison.

La plupart des documents référencés sont disponibles et une copie peut être
adressée (centre.doc@gera.fr <mailto:centre.doc@gera.fr ). www.gera.fr

Par ailleurs je vous rappelle que la dernière version de notre base de
données Acudoc2 a été mise en ligne :

http://wiki-mtc.org/acudoc/acudoc.php

Elle comporte 185.300 références dont plus de 8.000 ECR et des milliers
d’études expérimentales animales.

L’acupuncture est objet de science, objet d’étude d’une vaste communauté
médicale et scientifique au niveau international. C’est cela et uniquement
cela (vous voyez autre chose ? ) qui distingue une pratique médicale de
l’acupuncture d’une pratique non médicale, qui justifie notre présence dans
le système de soins, qui justifie l’enseignement dans les facultés de
médecine. Ce constat doit être au centre de notre communication médicale,
comme au centre de la formation de nos jeunes confrères.

Bonne journée à tous.

Johan Nguyen


Fusionner l’Agmar, la SACAM et l’ATMA en une seule société?

La présidente de l’ASA, la Dre Anita Meyer, relance l’idée d’une fusion des sociétés filles. Cette idée avait déjà été lancée par l’ancien président, le Dr Michel Vouilloz, mais n’avait trouvé d’écho ni auprès de la SACAM ni auprès de l’Agmar.

Aujourd’hui, la SACAM semble plus séduite par l’idée. Les arguments énoncés sont surtout d’ordre pragmatique. La représentativité au niveau international est aussi avancée. L’idée est de réunir les aspects administratifs en un seul lieu, et de préserver les trois entités-filles en écoles, chacune restant maîtresse de ses spécificités.

Pour le comité de l’Agmar, cette idée pourrait être bonne, mais avec l’objectif de nous renforcer au niveau politique, mieux défendre les intérêts des médecins à Berne et nous passer de l’Union qui n’est pas toujours représentative de nos intérêts propres – alors que les acupuncteurs représentent la moitié des membres de l’Union. Pour rappel, l’Union défend les intérêts des médecines complémentaires dans leur ensemble. De nombreux acupuncteurs manifestent leur désir de se distinguer des homéopathes et praticiens de la médecine d’inspiration anthroposophique, arguant que l’acupuncture est “evidence-based” contrairement à d’autres médecines complémentaires. Les acupuncteurs emboîteraient alors le pas aux praticiens de neuralthérapie qui ont quitté l’Union il y a quelques années.

Le débat doit donc avoir lieu. Ces questions sont présentes depuis des années, mais ne donnent jamais l’impression d’aboutir. Par ailleurs, il n’est pas tout d’avoir de bonnes idées, il faut ensuite les mettre en pratique.

Alors que ceux qui souhaitent s’exprimer le fassent, par exemple au travers du bulletin de l’ASA (écrire à brigitte.ausfeld@bluewin.ch), ou en nous écrivant à info@agmar.ch. Je me tiens également à disposition kursd@me.com

Dr David Kursner, président de l’Agmar